Pourquoi est-il difficile de changer son comportement alimentaire ?

Je m’aperçois que malgré les bonnes volontés du départ, pour se sentir mieux ou même guérir d’une maladie, les personnes que je rencontre reviennent rapidement dans les habitudes alimentaires qui les avaient conduit à une mauvaise santé ou un mal être.

Ces personnes disent une chose et ensuite elles font le contraire. Alors, elles disent pour faire plaisir ? se mentent-elles à elles mêmes voir aux autres ? ou perdent-elles la mémoire ?

comportement alimentaire

Bon, revenons à nos moutons, c’est à dire… nous !

depression8

Oui, pigeon, mouton c’est kif kif !

Dis moi ce que tu manges et je te dirais ce que tu vas devenir

Dis moi comment tu manges et je te dirais qui tu es

Notre comportement alimentaire est le résultat de 2 étapes importantes, une étape de conditionnement et une étape de programmation.

CONDITIONNEMENT :

très tôt, au 3ème trimestre de notre vie intra-utérine par le comportement de la mère.

comportement alimentaire2

Ensuite, l’étape de conditionnement se poursuit tout au long de notre enfance par des petites graines plantées dans notre esprit.

Graine de culpabilité : pense à tout ces pauvres enfants qui n’ont rien à manger

Graine de logique : tu dois manger pour vivre, si tu ne manges pas tu ne pourras pas grandir

Graine de projection d’un idéal : manges si tu veux devenir fort comme papa

Graine de séduction : si tu manges bien tu feras plaisir à maman

Graine de menace : tu as intérêt à manger sinon je te le resservirai demain

Après ce conditionnement, nous passons au stade de la programmation.

PROGRAMMATION :

depression

Je mange parce que c’est l’heure

Je mange 3 fois par jour

Il faut finir son assiette

Pas le droit de gâcher sa nourriture

Il faut tout manger c’est bon pour moi.

Et arrive ensuite notre manière  de manger. Celle qui nous amène à aller voir un thérapeute dans l’espoir qu’il nous donne une pilule magique pour que tout redevienne normal sans avoir trop d’effort à faire.

comportement alimentaire3

Je ne suis pas partisan de faire entrer les gens dans des cases, mais observer la tendance générale d’un individu nous oriente sur ce qu’il a à faire pour changer. Observer sa manière de manger entre, de manière générale, dans 5 grandes « cases ».

Par habitude : ce qui indique un fonctionnement par convictions, par principe

Par émotion : une trop grande attente des autres

Par gourmandise : qui se laisse orienter par ses désirs

Jamais faim : tendance négative

Toujours faim : manque de confiance

Parvenir à se situer, ne nous enferme pas mais nous permet de voir vers quoi nous devons aller pour aller mieux. C’est comme faire le point sur une carte pour voir dans quelle direction nous devons avancer.

Petite parenthèse, si vous souhaitez également faire le point sur l’état de votre organisme, je pourrais vous le faire dès le mois de janvier par la pratique de l’iridologie.

Pour ceux qui souhaite faire le point concernant le sujet de cet article, il vous suffit de prendre contact avec moi.

thierry