Archives par mot-clé : origine

Cancer : les origines

Cancer : les origines.

Dans mon précédent article, j’expliquai de manière générale dans quel état se développait le cancer et comment il se propageait.

Avant de poursuivre, j’aimerai juste apporter une petite précision sur ce qui permet aussi le développement des cellules cancéreuses. Vous savez tous que nous en fabriquons régulièrement, mais lorsque le corps est bien alimenté, il a la force de les détruire. Cette intervention de l’organisme s’appelle l’apoptose.

Ce processus se réalise grâce en partie à la vitamine D, que notre peau produit au contact du soleil (d’où l’importance de s’exposer de manière régulière au soleil).

cancer
cancer

 

 

Maintenant ce qu’il faut savoir c’est qu’en consommant des produits animaux comme la viande rouge et les produits laitiers issus des laits de vaches, vous absorbez dans le sang des hormones de croissances, et autres cochonneries, mais surtout une hormone de croissance l’IGF1 qui bloque le travail de la vitamine D donc facilite la croissance des cellules cancéreuses. Tout ça pour dire, qu’il faut éviter fortement ce genre d’aliment si vous souhaitez donner un coup de pouce à votre corps.

Maintenant allons explorer la naissance de toutes les maladies y compris les cancers.

L’état naturel de tout être humain est la santé. La recherche naturelle de tout être humain est le bonheur. La santé comme le bonheur repose sur une loi universelle celle de l’équilibre.

cancer
cancer

 

Lorsque le déséquilibre  apparaît, celui-ci trouve toujours son origine à l’extérieur. Il s’agit d’un évènement stimulant une partie précise du cerveau, ça s’appelle un stress aigu.

cancer
cancer

L’impact et l’enregistrement de ce stress se fait donc au niveau du cerveau et celui-ci utilise les 5 sens pour l’enregistrer. C’est pour ça qu’il vous arrive par moment qu’une simple odeur vous rappel un moment précis de votre vie.

Disons, pour être le plus simple possible, que le cerveau fonctionne comme le disque dur d’un ordinateur. L’impact reçu est enregistré et stocké dans un endroit précis en fonction de la nature de l’impact. Cet espace de stockage n’est pas illimité.

Le rôle du cerveau est d’assurer la survie de l’organisme donc si impact de stress, le cerveau va devoir régler le problème. 2 solutions s’offrent à lui, faire face

cancer
cancer

ou fuir

cancer
cancer

La fuite est ce qui conduit à la maladie alors que faire face est la solution la plus efficace mais pour cela il faut être bien dans sa tête et dans son corps, ce qui est tout à fait réalisable en passant par le bonheur en marche via le lâcher-prise.

Bon, disons que c’est la fuite qui a été choisie, comme pour la majorité des cas et ceci à cause principalement d’une mauvaise alimentation, une mauvaise hygiène de vie et un environnement pollué.

Un stress chronique s’installe et rempli petit à petit son espace de stockage. Voyant cela, le cerveau va commencer à réagir et pour cela il va envoyer quelques ordres à droite et à gauche. La capacité de stockage n’est pas encore atteinte mais diminuant fortement nous passons dans une zone de compensation et c’est à partir de là que naissent quelques troubles psychologiques, quelques troubles physiologiques mais sans apparition de la maladie, donnant une orientation sur les comportements alimentaires et/ou relationnels.

A savoir aussi, qu’au stress d’origine extérieur, le danger pour l’organisme n’ayant pas été réglé, un stress intérieur s’ajoute à tout cela. (d’où encore une fois l’importance du lâcher-prise).

méditation
méditation

Maintenant la capacité de stockage a atteint sa limite nous passons dans une phase active qui se nomme : crise sympathicotonique. Apparition de la maladie pour résoudre par la force ce stress afin de sauver l’organisme. Ce qui me permet encore une fois d’affirmer que la maladie est bien un message du corps (dans le prochain article je ferai l’énumération des liens entre les types de cancers et leur message dans nos vies).

La maladie peut s’exprimer de 4 façons différentes :

Multiplication cellulaire : adénomes, kystes, adénocarcinomes,  polypes, tumeurs compactes

Réduction cellulaire : nécroses, ulcères, géodes, cavernes

Blocage : paralysies, hypoglycémies, diabètes, vue, odorat…

Déblocage : tremblements, tics, parkinson…

Voilà, il ne me reste plus qu’à vous remercier d’avoir tout lu.

N’hésitez pas à laisser vos commentaires ou vos questions et même à partager vos infos. Ici ou sur ma page.

ma page Facebook

Thierry Joly